|  

Quand la terre nous réchauffe

La géothermie, du grec «chaleur de la terre», désigne les techniques d'exploitation de l'énergie souterraine.  La température du sol varie chaque jour jusqu’à une profondeur de 50 cm, puis d’une saison à l’autre jusqu’à une profondeur de quelques mètres. Au delà, elle n’est plus influencée par ce qui se passe en surface. Avantage: la température augmente de 3 à 4°C pour chaque 100 mètres supplémentaires. C’est ce qu'on appelle le gradient géothermique. Ainsi, à une profondeur de 100 mètres, la température de la  terre atteint environ 13 à 14°C.


Profil de température de la terre

On distingue deux techniques principales pour capter cette chaleur: les forages verticaux  par sonde et les collecteurs horizontaux enterrés. Un liquide caloporteur circule dans les sondes ou les collecteurs. Il conduit la chaleur dans l’évaporateur d’une pompe à chaleur. Celle-ci réchauffe le liquide pour qu'il convienne au chauffage et à la production d’eau chaude. La PAC consomme de l'électricité. Elle représente 1/3 à 1/5 de la chaleur fournie à l’installation de chauffage.

Certains sols qui conduisent mal la chaleur ne peuvent compenser pendant l’été la chaleur prélevée par les sondes en hiver. La terre se refroidit.

Deux solutions permettent de remédier au problème: la première consiste à profiter de la fraîcheur souterraine pour climatiser le bâtiment pendant l’été.
La seconde est de réchauffer la terre par une installation solaire reliée au circuit des sondes géothermiques (système "Premium EarthSol"). Cette technique astucieuse et novatrice est bien plus qu’une simple compensation. Elle  permet de diminuer la longueur des sondes et de les utiliser comme un stockage de chaleur saisonnier. La grande quantité de chaleur recueillie en été est injectée sous terre. Le sol se réchauffe pour les mois d'automne et d'hiver.

Le rendement est bien meilleur: la performance annuelle (SPF) du système "Premium-EarthSol" dépasse 5.0 (contre 3.9 pour une installation 100% géothermique). Ce système ne convient pas partout. Les forages sont soumis à autorisation. Et dans certaines régions, les autorités les interdisent, souvent pour protéger des nappes d’eau souterraines.